Le «seuil limite» des 2 °C, la bonne blague climatique

Par

Alors que la lutte contre les changements climatiques figure au menu du G7 samedi, au Québec, le « seuil » des 2 °C – ce réchauffement à ne pas dépasser – sera de nouveau sur les lèvres de tous les chefs d’État. Mais pourquoi cette frontière, prétendument ultime, alors que tout nous dit qu’elle sera bientôt franchie ? À quoi bon continuer à brandir cet étendard si grossièrement couturé ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« La température moyenne globale a déjà augmenté de 1 °C en 2015, comparée aux niveaux préindustriels. Les 1,5 °C pourraient être atteints dans les années 2030, voire plus tôt. Les 2 °C pourraient être dépassés d’ici à 2050, soit 50 ans avant la limite que nous nous étions fixée. » L’alerte, lancée le 18 mai à Nicosie lors d’une conférence sur le climat, est passée inaperçue. Pourtant, elle marque une nouvelle étape dans la lutte contre le changement climatique.