En Egypte, les pauvres sont en première ligne de la contestation

Par

Les 20 et 27 septembre, de jeunes manifestants ont osé défier les forces de sécurité dans toute l’Égypte. La plupart viennent des quartiers populaires ou sont issus de la classe moyenne appauvrie. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Caire (Égypte), de notre correspondante.- Alors que le président Abdel Fattah al-Sissi répète à l’envi son obsession d’empêcher un nouveau 25 janvier 2011, le peuple a ouvert une brèche dans son mur de certitudes. En criant « Sissi dégage ! » et « Que le régime tombe », les manifestants ont remis la possibilité d’une révolution à l’agenda, huit ans après la chute d’Hosni Moubarak, qui s’était accroché au pouvoir pendant trente ans.