RDC-Congo: les multinationales pillent les ressources naturelles

Par
Alors que les combats continuent au Nord-Kivu, région riche en ressources minières, le Katanga et ses mines de cuivre ne sont pas exempts de tensions sociales. Les villageois expropriés par un consortium américano-suédois dénoncent le pillage des matières premières des cités minières de Tenke et de Fungurume dont l’exploitation est financée par les contribuables européens. Lire aussi notre entretien avec Jean-Paul Mopo Kobanda: «La guerre sert d'abord à piller».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après avoir reçu le soutien inconditionnel des Européens, des multinationales minières continuent de piller en toute opacité les ressources naturelles en République démocratique du Congo (RDC). Elles ont pu, grâce à un prêt de 100 millions d’euros octroyé par la Banque européenne d’investissement (BEI) en 2007, lancer un vaste projet, le Tenke Fungurume mining (TFM), d’exploitation d’une mine de cuivre dans le sud du pays (photo ©Lundin).