Wauquiez veut une Europe des nations aux frontières fermées

Par

Laurent Wauquiez, président des Républicains, veut une Europe des nations et agite ses thèmes identitaires habituels : défense de la civilisation européenne « face à la montée de l’islamisme » et renforcement de ses frontières face à « l’immigration massive ».

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

D’une tribune l’autre. Dans un texte publié dans Le Monde le 9 mars, Laurent Wauquiez, président des Républicains, répond à la tribune d’Emmanuel Macron publiée le 5 mars, dans les vingt-huit États de l’Union européenne.

Dénonçant une vision binaire « entre proeuropéens et antieuropéens, progressistes et nationalistes, sauveurs et destructeurs » et des « slogans incantatoires », Laurent Wauquiez dresse un constat d’échec. « En deux ans, Emmanuel Macron n’est parvenu à aucun progrès sur la scène européenne », écrit-il. Que propose-t-il ?

Il veut une refonte du projet européen sur la base des nations, une réaffirmation des origines – « gréco-latine, judéo-chrétienne et des Lumières » – de la « civilisation » européenne « face à la montée de l’islamisme », ainsi qu’un renforcement des frontières face à « l’immigration massive ». Laurent Wauquiez veut « ramener tous les bateaux de passeurs sur les côtes africaines » et « une protection aux frontières nationales pour empêcher les entrées illégales en France ».

Quant à la commission européenne, elle serait transformée en une sorte d’agence sans capacité normative, « pilote de grands projets d’infrastructures, tels que le Lyon-Turin ou la couverture du continent européen en 5G. ».

À lire dans Le Monde

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale