A la recherche de la classe moyenne africaine

Le niveau de vie augmente, mais les disparités géographiques sont très importantes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À Nairobi, la capitale du Kenya, Carrefour, Burger King, et bientôt Decathlon s’installent. Le signe éclatant que la « classe moyenne » tant annoncée pour l’Afrique est bien implantée dans certaines des villes les plus riches du continent ? C’est ce qu’espèrent certains observateurs, depuis la hausse spectaculaire du PIB africain entre 2004 et 2014 : plus de 5 % par an en moyenne. Mais bien sûr, la réalité se traduit mal en statistiques.