Meurtre de Mark Duggan: une contre-enquête expose les mensonges des policiers londoniens

La mort de cet homme noir, abattu par la police à Londres en 2011, avait déclenché les émeutes les plus violentes de l’histoire récente britannique. La reconstitution en réalité virtuelle du collectif Forensic Architecture met à mal la version selon laquelle les policiers avaient agi en légitime défense.

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

Donatien Huet et Forensic Architecture

10 juin 2020 à 10h14

La colère planétaire provoquée par la mort du Noir américain George Floyd, asphyxié par un policier blanc le 25 mai à Minneapolis (Minnesota), s’est aussi propagée jusqu’à Londres. Faisant fi des consignes officielles de distanciation physique visant à endiguer l’épidémie de coronavirus, des milliers de personnes sont descendues dans les rues de la capitale britannique samedi 6 et dimanche 7 juin, brandissant des pancartes « Le Royaume-Uni n’est pas innocent » ou scandant « Qui a tué Mark Duggan ? La police a tué Mark Duggan ! »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À la Une de Mediapart

France — Enquête
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
France — Politique
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Europe — Reportage
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Entreprises
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard