Les enquêtes de Forensic Architecture

Au carrefour de l’architecture, de la topographie, des nouvelles technologies et de l’expertise judiciaire, le laboratoire pluridisciplinaire Forensic Architecture, fondé par Eyal Weizman, reconfigure l’activisme des droits humains et la contre-investigation sur les crimes d’État. Voici leurs enquêtes publiées en partenariat avec Mediapart.

Le «Iuventa», emblème de la criminalisation des ONG en Méditerranée

Par et Forensic Architecture
Le « Iuventa ». © Jugend Rettet Le « Iuventa ». © Jugend Rettet

La saisie, par les autorités italiennes, du bateau d’une ONG portant secours aux migrants est devenue l’emblème d’une campagne de criminalisation de celles et ceux qui tentent de sauver des vies en Méditerranée. Le collectif Forensic Architecture démonte, à l’aide d’outils inédits, les failles et les biais de cette accusation à la veille d’une décision de la Cour suprême italienne.

Aube dorée: ce meurtre fasciste que la police grecque aurait pu empêcher

Par et Forensic Architecture
Le 18 septembre 2013, Giorgos Roupakias, militant néonazi d'Aube dorée, a assassiné le rappeur antifasciste Pavlos Fyssas dans les rues d’Athènes. © Reuters/John D. Carnessiotis Le 18 septembre 2013, Giorgos Roupakias, militant néonazi d'Aube dorée, a assassiné le rappeur antifasciste Pavlos Fyssas dans les rues d’Athènes. © Reuters/John D. Carnessiotis

Le 18 septembre 2013, le jeune rappeur antifasciste Pavlos Fyssas a été assassiné à Athènes. Le meurtrier et ses complices étaient tous membres de l’organisation néonazie Aube dorée. À l’aide d’outils d’investigation inédits, le collectif Forensic Architecture révèle que la police grecque était présente sur les lieux au moment du drame et n’est pas intervenue.

L’armée israélienne a camouflé le meurtre de deux adolescents gazaouis

Par et Forensic Architecture
La dernière image d'Amir a-Nimrah et de Luai Kahil vivants. © Forensic Architecture La dernière image d'Amir a-Nimrah et de Luai Kahil vivants. © Forensic Architecture

Pour prévenir les habitants de Gaza du bombardement de leurs habitations, l’armée israélienne a recours à des « frappes d’avertissement », censées permettre aux civils d’évacuer la zone. En juillet, deux adolescents ont pourtant été victimes de l’un de ces missiles. Et Israël a cherché à dissimuler les preuves de ce crime de guerre.

Tous les articles