Rwanda: réélu d'avance, Kagamé inquiète

Avec le soutien des pays anglo-saxons, le Rwanda ressemble à un modèle de développement pour l'Afrique. Mais la répression politique de ces derniers mois renvoie à l'ordinaire d'un régime autoritaire.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

À la tête du Rwanda depuis 1994, Paul Kagamé était quasiment sûr d'être réélu pour un nouveau mandat présidentiel au cours du scrutin qui s'est déroulé lundi 9 août. Face à une poignée d'autres candidats sans soutien ni reconnaissance, l'ancien commandant rebelle, qui a pris le pouvoir dans la foulée du génocide, n'avait pas de concurrent sérieux. Pour une bonne raison: il est accusé de museler toute opposition.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal