La génération de stagiaires à vie

Par et Carlos Carabaña

En Espagne, comme dans nombre de pays occidentaux, des millions de stagiaires occupent des postes de travail structurels. Situation rendue possible par un système pervers, sans cesse renouvelé, et qui empêche les jeunes d’accéder au véritable marché du travail.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En Espagne, les stagiaires font figure d’employés et exercent leur travail comme ceux qui sont réellement embauchés, avec moins de droits. La plupart des jeunes acceptent ce genre de proposition, y voyant l’opportunité d’accéder plus tard, et avec un peu de chance, au véritable marché du travail. « Les grandes entreprises savent ce qu'elles cherchent quand elles sollicitent un stagiaire : déguiser un emploi, ce qui se révèle être très avantageux pour elles, ainsi les taxes sont bien inférieures et il n’y a presque pas de frais administratifs », explique l’inspecteur du travail Mario Duque, auteur du livre Becas y becarios (Des bourses et des stagiaires). En outre, les stagiaires ne sont pas représentés par un syndicat et il n’y a pas obstacle quand il s’agit de licencier.