Espagne: Rajoy toujours favori, le PSOE sous pression

Par

La formation d’un gouvernement minoritaire emmené par la droite reste l’option la plus probable, alors que Ciudadanos vient de poser ses conditions à son soutien au conservateur Mariano Rajoy. Mais il reste d'autres obstacles à lever.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Espagne est encore loin du record de la Belgique, qui avait connu, en 2010, une paralysie de 541 jours avant de former un gouvernement. Mais la quatrième économie de la zone euro est toujours incapable, depuis bientôt huit mois, de se trouver un exécutif. Le conservateur Mariano Rajoy, chef du gouvernement sortant, et net vainqueur des législatives du 26 juin, devait rencontrer mercredi matin à Madrid Albert Rivera, le patron de Ciudadanos, le nouveau parti de centre-droit arrivé en quatrième position, afin de sceller les bases d'un probable accord entre les deux formations.