Corruption: la justice française peut (enfin!) enquêter sur les chefs d'Etat africains

Par

Un juge d'instruction pourra enquêter sur l'affaire des «biens mal acquis», qui porte sur les patrimoines de trois chefs d'Etat africains dans l'Hexagone. Un dossier diplomatiquement très sensible pour la France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Historique», se réjouissent les pourfendeurs de la corruption internationale. Malgré l'opposition constante du parquet à l'ouverture d'une enquête judiciaire complète sur le patrimoine de trois chefs d'Etat africains et de leur entourage en France, la Cour de cassation vient en effet de prendre une décision qui fera date, ce 9 novembre 2010: un juge d'instruction pourra enquêter, en toute indépendance, sur l'affaire dite des «biens mal acquis» détenus par ces dignitaires africains et leurs proches dans l'Hexagone.