L’UE sanctionnera mieux les atteintes aux droits humains

Par

Les 27 peuvent désormais sanctionner des individus responsables de violations des droits humains partout dans le monde. Une « avancée historique », selon l’UE. Mais la règle de l’unanimité risque d’affaiblir le mécanisme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La diplomatie européenne, régulièrement critiquée pour son inconsistance, cherche à muscler son jeu. Les ministres des affaires étrangères de l’Union ont validé lundi la mise en place d’un nouveau régime de sanctions contre les violations des droits humains, une avancée qualifiée d’« historique » par Josep Borrell, le socialiste espagnol à la tête de la politique étrangère et de sécurité de l’UE depuis l’an dernier.