L’Italie tente le tout pour le tout pour ralentir la propagation de l’épidémie

Par

Mardi matin, toute l’Italie s’est réveillée en quarantaine pour tenter d’endiguer la propagation du coronavirus, qui a fait 366 morts dans le pays. Un enjeu énorme alors que le système sanitaire national est déjà au bord de la saturation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Palerme (Italie), de notre correspondante.– Luigi Di Maio a été le premier à annoncer la couleur dans la soirée : « Il faudra faire de nouveaux sacrifices. » Quelques dizaines de minutes plus tard, ce lundi, vers 22 heures, le premier ministre Giuseppe Conte a confirmé ce qui semblait se dessiner depuis plusieurs heures : toute l’Italie est placée en quarantaine. « Il va tous falloir renoncer à quelque chose pour protéger la santé des citoyens. Aujourd’hui, c’est le moment d’être responsable », a-t-il annoncé, solennel, 48 heures après un premier décret qui a placé en quarantaine la Lombardie, dans le nord du pays, et quatorze autres provinces. « Plus de temps à perdre », a tranché Giuseppe Conte lors de sa déclaration, plongeant tout le pays dans un isolement qui durera jusqu’au 2 avril.