«New York a été dépossédée de sa joie de vivre»

Par Alexis Buisson

New York a déjà connu des crises. Mais le nouveau coronavirus a profondément changé la ville américaine en exploitant ses caractéristiques démographiques et sociales.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), correspondance.– Avril est un mois que les New-Yorkais attendent avec impatience. L’hiver long et rigoureux typique du nord-est américain laisse enfin la place à un radoucissement général. Les arbres fleurissent. Il redevient possible de sortir en tee-shirt, après des mois en manteau rembourré.