Commission européenne: les choix douteux de Juncker

Par

Un Britannique à la régulation financière, un Hongrois proche de Viktor Orban à l'éducation, un Espagnol lié à une compagnie pétrolière au climat… Certaines nominations au sein de la future commission vont provoquer des remous. En attendant les auditions au parlement européen.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Bruxelles.  C'est la dernière ligne droite du grand remaniement bruxellois, enclenché depuis les élections européennes de mai dernier. Le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, qui succédera à José Manuel Barroso en novembre, a présenté mercredi son équipe de 27 commissaires, dont 14 issus des rangs du PPE (droite conservatrice, qui a remporté les élections de mai) et huit sociaux-démocrates (dont Pierre Moscovici). On compte seulement 9 femmes sur 28 – la proportion est identique à celle de la précédente commission.