Biélorussie: l'opposition entre sur la pointe des pieds au Parlement

Par

Deux députées liées à l'opposition ont été élues dimanche 11 septembre en Biélorussie. C'est la première fois en vingt ans dans ce pays dirigé d'une main de fer par Alexandre Loukachenko. Pourquoi ce voisin nordique de l’Ukraine, avec qui il partage 891 km de frontières, n’a-t-il pas connu de soulèvement similaire au Maïdan ? Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis 1996, c'est une première : dimanche 11 septembre, les Biélorusses ont élus deux députés liés à l'opposition sur les 110 sièges que compte la Chambre des représentants. Jusqu'à présent, l’assemblée biélorusse était composée de 105 « indépendants » – c’est-à-dire favorables au président Alexandre Loukachenko –, ainsi que de 3 membres du Parti communiste, d'un élu du Parti agrarien, et d'un autre du Parti républicain du travail et de la justice. Ces trois dernières formations sont également progouvernementales. Au vu des résultats de ce lundi matin, le parlement comptera désormais une élue du Parti civil uni de Biélorussie (Anna Konopatskaïa, opposition), et une indépendante liée à l'opposition (Elena Anisim).