Les Américains sont-ils prêts à la paix en Afghanistan?

Par

Après que Donald Trump a annoncé simultanément la tenue et l’annulation d’une réunion entre les Américains et les talibans en vue d’un accord de paix, les discussions ne sont pas pour autant terminées entre les deux ennemis.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quand Donald Trump a annoncé samedi 7 septembre l’annulation d’une invitation faite aux leaders talibans de venir signer un accord à Camp David, la résidence secondaire des présidents des États-Unis, il a surpris tout le monde. Tout d’abord parce que personne n’était au courant d’une telle rencontre avant même qu’elle ne soit abruptement rayée de l’agenda. Ensuite parce qu’accueillir les chefs talibans sur le sol américain quelques jours avant l’anniversaire du 11 septembre 2001 ne semblait pas du meilleur goût, surtout aux yeux des soutiens conservateurs de Trump. Enfin parce qu’en dépit de près d’une année de discussions directes à Doha entre les émissaires de la Maison Blanche et les anciens hôtes d’Oussama ben Laden, le contenu de l’accord de paix ne semble pas augurer de la stabilisation de l’Afghanistan.