Trump et le Congrès, une crise encore plus grave qu’elle n’y paraît

Par

Philippe Boulet-Gercourt, dans L'Obs, analyse comment, en refusant de laisser les responsables de l’administration témoigner devant le Congrès, Trump a déclenché une crise constitutionnelle. Celle-ci cache une autre crise tout aussi grave, celle d’un parti républicain qui ne respecte plus les règles du jeu démocratique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En déclarant ouvertement la guerre au Congrès, Trump rompt avec plusieurs siècles de pratique du pouvoir. La précédente procédure de destitution, contre Bill Clinton en 1998, avait été jugée illégitime et abusive par les démocrates et une majorité d’Américains. À l’époque, pourtant, les républicains de la Chambre avaient servi à l’administration Clinton ou au parti démocrate, sur une période de six ans, 1 052 assignations à témoigner ou fournir des documents. Elles avaient toutes été suivies d’effet ou fait l’objet d’un compromis.