Comment Hariri s’est retrouvé piégé en Arabie saoudite

Par

Avec la purge du 4 novembre, le prince héritier Mohammed ben Salmane espère remettre la main sur une centaine de milliards de dollars détournés par le clan Abdallah. De l’argent dont une partie aurait été blanchie par la société Saudi Oger, détenue par Saad Hariri. Ce dernier est toujours à Riyad.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Beyrouth (Liban), de notre envoyé spécial.-  Deux heures et quelques du matin, le 24 janvier 2015. L’heure où les dirigeants du royaume saoudien émergent, l’heure où ils prennent leurs décrets. Le roi Abdallah est mort la veille et son enterrement s’est achevé il y a seulement une poignée d’heures, après les prières de l’après-midi. Pourtant, avec l’accession au trône du roi Salmane, la page est déjà définitivement tournée.