«La fracture sociale en Allemagne? Une catastrophe dont on parle trop peu»

L’ancien ministre social-démocrate des affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a été élu président de la république fédérale d'Allemagne le 12 février. Christoph Butterwegge a présenté sa candidature au nom  de Die Linke pour attirer l'attention sur la précarité qui concerne un quart des actifs. « La honte » d'être pauvre en Allemagne empêche la révolte. Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Berlin (Allemagne), de notre correspondant.– L’élection du successeur de l’actuel président de la République fédérale Joachim Gauck aura lieu dimanche 12 février. Souvent considéré comme jouant le rôle de la « conscience morale du pays », le président allemand a un rôle représentatif, consultatif et symbolique qu’il ne faut pas négliger. Surtout à huit mois des élections législatives.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal