Scandale «LuxLeaks» : les eurodéputés avancent avec des boulets aux pieds

Par et

Depuis février, 45 députés européens enquêtent sur les largesses fiscales accordées par les États membres aux multinationales qui s’installent sur leur territoire. Le Luxembourg, symbole des dérives, ne s’est pas révélé très coopératif. Et malgré l’implication de ses membres, la commission aura du mal à publier un rapport qui fera date.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il devrait être présent, mais pas avec la casquette qui aurait permis de le mettre vraiment sur le gril, et dans un cadre sacrément restreint. Ce lundi 13 juillet, Jean-Claude Juncker se présentera devant la commission spéciale du Parlement européen chargée de travailler sur le scandale « LuxLeaks ». Mais il a pris soin d’indiquer qu’il se déplace en tant que président de la Commission européenne et non comme l’ancien premier ministre du Luxembourg, qu’il fut pendant 18 ans, jusqu’en 2013. C’est pourtant durant cette période que le fisc luxembourgeois signait à tour de bras des accords très avantageux avec des multinationales désireuses de payer le moins d’impôts possible.