Le compromis obtenu au Soudan laisse perplexe

Par

Anthropologue spécialiste du Soudan, Clément Deshayes revient dans un entretien filmé pour Mediapart sur le compromis trouvé entre les militaires putschistes et la coalition civile. Une bonne nouvelle, juge-t-il en substance, mais l’accord reste de papier. Rien ne dit que l’armée tiendra ses promesses.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Salué comme étant « historique », donnant lieu à des scènes de liesse, l’accord signé vendredi 5 juillet au Soudan entre l’opposition et le Conseil militaire de transition (CMT), au pouvoir depuis le renversement du dictateur Omar el-Béchir le 11 avril dernier, laisse perplexe.