Les juges délogent les Balkany

Par et

D'après Charlie Hebdo, les juges ont récemment saisi le moulin de Giverny, occupé par le couple en Normandie. La luxueuse villa Pamplemousse des Antilles a été vendue.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Le pré carré des Balkany se réduit comme peau de chagrin. Charlie Hebdo, à paraître mercredi 12 août, révèle que les juges d'instruction ont récemment saisi le luxueux moulin de Giverny que les élus des Hauts-de-Seine occupent depuis trente ans en Normandie. « C’est une mesure d’excès qui démontre l’acharnement dont font l’objet mes clients », a immédiatement réagi l'avocat du couple. La villa Pamplemousse aux Antilles, dont Isabelle a admis être la propriétaire au cours de l'enquête, déjà saisie par la justice, a par ailleurs été vendue.

Nous republions ci-dessous notre dernier article sur les biens immobiliers cachés et les montages offshore des Balkany, listés par la justice à l'occasion de la demande de levée d'immunité de Patrick Balkany en mars dernier.

______________________________________________

Pour Patrick Balkany, c'est le plus humiliant. Dans la demande de levée d'immunité votée mercredi 18 mars par le bureau de l'Assemblée nationale (à l'unanimité des membres), les juges anticorruption préviennent qu'ils comptent lui confisquer son passeport. Renaud Van Ruymbeke et Patricia Simon veulent non seulement interdire au député UMP « d'entrer en contact avec les autres protagonistes (du dossier) », mais aussi l'empêcher « de quitter le territoire métropolitain », craignant qu'il « ne soustraie des éléments de preuve ou fasse pression sur des témoins » à l'étranger.

On les comprend. L'argent des Balkany ayant joué à saute-frontières pendant vingt-cinq ans, des preuves gisent encore à Marrakech et Genève, Saint-Martin et Singapour, au Panama comme au Liechtenstein.

Pour convaincre les députés de voter cette levée d'immunité, les juges chargés d'instruire depuis décembre 2013 sur des soupçons de « corruption » et « blanchiment de fraude fiscale » ont passé en revue, dans leur requête de neuf pages, l'ensemble des biens que le couple pourrait avoir dissimulés au fisc (ou bien sous-évalués), villa par villa, société écran par société écran. Dans ce document confidentiel (que Mediapart s'est procuré), ils ne disent évidemment pas tout, soucieux de conserver des munitions pour la suite de l'instruction. Mais ils en disent déjà beaucoup.

Mercredi matin, c'est ce drôle de catalogue immobilier que les vingt-deux membres du bureau de l'Assemblée ont épluché, à huis clos, avant de se prononcer. Patrick Balkany est d'ores et déjà mis en examen pour « corruption passive », « blanchiment de corruption » et « blanchiment de fraude fiscale ». 

  • Le manoir de Normandie

Dans leur requête (dont Le Canard enchaîné et Le Monde ont déjà cité des extraits), les juges commencent par rappeler aux députés que les Balkany occupent un manoir à Giverny depuis 1986, acquis pour 1,8 million de francs (avec deux piscines, un terrain de tennis, un moulin, etc.). Pourtant, ni Patrick ni Isabelle ne paie l'ISF (impôt de solidarité sur la fortune).

En 1997, les élus de Levallois-Perret ont fait « don de la nue-propriété à leurs enfants ». Dans leur déclaration de patrimoine, ils mentionnent qu'ils en conservent « l'usufruit », pour une valeur estimée à seulement 297 580 euros.

Le manoir de Giverny Le manoir de Giverny

« Des investigations sont en cours sur les conditions dans lesquelles des travaux, conséquents, ont été réalisés dans la propriété », enchaînent les magistrats instructeurs, qui enquêtent sur des aménagements réalisés à l'œil par des entreprises bénéficiaires de marchés publics à Levallois-Perret (à la suite d'informations révélées par Mediapart).

  • La villa « Pamplemousse » aux Antilles

Lovée sur une presqu'île de Saint-Martin, Pamplemousse se loue 20 000 dollars la semaine en haute saison. Acquise en 1997 pour 3,3 millions de francs (650 000 euros), c'est sans doute la résidence la plus tape-à-l'œil des Balkany, avec sa piscine de douze mètres et ses cinq chambres, farcies de lits « king size » et d'écrans plasma.

Pamplemousse Pamplemousse

Propriété d'une fiduciaire du Liechtenstein (au nom poétique de Real Estate French West Indies), la villa a toujours été en gestion locative chez Carimo, grosse agence immobilière de Saint-Martin. Pendant dix-sept ans, les Balkany se sont officiellement présentés comme des locataires assidus mais lambda.

Les juges rapportent cependant qu'à l'issue d'une nuit en garde à vue, Isabelle a récemment craqué (« Madame Balkany a reconnu être la seule et unique bénéficiaire de la villa »). Dans leur synthèse, ils mentionnent quelques-unes des trouvailles réunies pour la confondre, de la plus anodine à la plus probante.

Ainsi les comptes bancaires de Patrick Balkany examinés par Tracfin (la cellule de lutte contre le blanchiment de Bercy) ont-ils révélé que le député UMP « payait des assurances de type "multirisques habitation" pour la villa ». Bizarre, pour un visiteur occasionnel.

Déjà en 2001, dans le cadre d'une information judiciaire qui n'a jamais abouti, des policiers expédiés à Saint-Martin en l'absence du couple avaient découvert, dans l'un des coffres de Pamplemousse, « une carte bancaire au nom d'Isabelle Balkany ».

Par ailleurs, des voitures Nissan et Infinity appartenant au couple ont stationné sur place toutes ces dernières années. L'ancien gardien de Pamplemousse (viré après une fête organisée à l'insu des Balkany) a ainsi témoigné sur procès-verbal : « Je les entretenais et les nettoyais pour qu'elles soient en bon état à l'arrivée des Balkany. » Retrouvé par Mediapart, ce dernier ajoute : « Les Balkany venaient un mois et demi à deux mois par an. Ils ne m'ont jamais dit en direct qu'ils étaient propriétaires, mais les cartes grises des 4X4 étaient à leur nom. Mon boulot, c'était de nettoyer la piscine, de surveiller les travaux, etc. En échange, je logeais sur place gratuitement. »

Dans la foulée de ses aveux, Isabelle Balkany a évoqué l'héritage de son père, décédé en 1982, pour justifier la provenance des fonds utilisés pour acquérir Pamplemousse (via la fiduciaire du Liechtenstein). Lésée dans la succession par son frère et sa sœur (qui se trouvent résider en Suisse), ces derniers « lui auraient remis (plusieurs années plus tard) chacun 5 millions de francs selon ses dires », pour se rattraper. Le responsable de la fiduciaire, un certain Hans Peter Jörin, aurait ainsi encaissé les 10 millions de francs « aux alentours de 1996, ce qui lui aurait permis d'acheter la villa », sans que rien soit jamais signalé au fisc français. À en croire Isabelle, Hans Peter Jörin lui aurait été présenté par sa famille d'outre-Léman, tout bêtement.

Mais les juges ne prennent pas ce récit, qui dédouane son mari, pour argent comptant. Ils soupçonnent visiblement Patrick Balkany d'être aussi propriétaire. C'est qu'ils connaissent trop bien Hans Peter Jörin. L'homme était déjà « intervenu pour le compte (de Patrick) » à la fin des années 1980, d'abord pour lui consentir un prêt à la garantie douteuse, puis lorsque l'élu de Levallois a vendu des actions d'une société familiale en déconfiture pour la somme extraordinaire de 31,5 millions de francs, via la Suisse et un montage tout aussi douteux (déjà évoqué ici par Mediapart).

« Interpellée à ce sujet, Mme Balkany n'a fourni aucune explication, contestant que son mari ait pu lui indiquer le nom de la fiduciaire », pointent les juges. À ce stade de l'instruction, le maire de Levallois dément toujours tout lien de propriété avec Pamplemousse.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale