Commémorations du 11 septembre 2001 : l’Amérique fait de son pire

Par

Revivant minute par minute les attentats d’il y a 20 ans, scandant le nom des victimes, écoutant le plus souvent des paroles creuses, l’Amérique est apparue plus figée que résiliente, aspirée par son trauma, ballotée d’un chaos l’autre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vingt ans après, sous un même ciel bleu immémorial, un goût de cendre persiste et flotte sur les États-Unis d’Amérique. Quatre lustres ont passé depuis la mère de tous les attentats. Non seulement la première puissance mondiale  pour combien de temps encore ? – a perdu son lustre, mais elle peine, sous les yeux du monde, à « tourner la page » (« closing the book »). Comme si cette tâche était trop lourde pour le vieillard spectral à la tête d’une société disloquée.