La question migratoire met à mal la sempiternelle stabilité politique de la Bavière

Par

À l’issue d’une campagne musclée contre les migrants, les conservateurs de la CSU, qui règnent sur la Bavière depuis plus de 60 ans, se dirigent vers une débâcle historique aux élections régionales de dimanche. Deux partis aux projets diamétralement opposés pourraient en profiter : les Verts et l’extrême droite de l’AfD. Immersion dans un « État libre » ébranlé par l’accueil des réfugiés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sur les routes de Haute-Franconie (Allemagne), de notre envoyé spécial.- La journée du 3 octobre a un écho particulier à Mödlareuth, hameau de quarante habitants perdu dans les collines boisées de Franconie, à cheval entre la Bavière et la Thuringe (voir notre carte sous l’onglet Boîte noire). Pendant vingt-quatre années, de 1966 à 1990, « Petit Berlin » – c’est son surnom – fut scindé en deux par un mur de béton de 700 mètres de long et 3,30 mètres de haut. D’un côté du ruisseau Tannbach qui coule à travers le village, c’était la RFA ; de l’autre, la RDA. Consacré « jour de l’Unité allemande », le 3 octobre, qui est férié outre-Rhin, voit traditionnellement affluer à Mödlareuth des centaines de curieux, venus découvrir un morceau d’histoire encore bien vivante.