Durban: accord... pour préparer un accord sur le climat

Par
Le sommet de l'ONU sur le climat de Durban a finalement accouché d'un accord minimal, mais en diplomatie du climat, on appelle cela «un accord historique». Après le fiasco de Copenhague en 2009, bienvenue à «Durbanhague».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le monde réel, on dirait qu'on recule pour mieux sauter. Mais en diplomatie du climat, on appelle cela «un accord historique». Le sommet de l'ONU sur le climat de Durban qui vient de s'achever n'est parvenu qu'à se mettre d'accord... pour préparer un accord dans trois ans. Cette conclusion décevante n'est que le pâle reflet d'une joute oratoire épique entre d'un côté l'Inde, la Chine et les pays de l'alliance bolivarienne (Venezuela, Bolivie...), et de l'autre les pays riches accusés de vouloir effacer des tablettes onusiennes la reconnaissance de leur responsabilité historique dans la pollution de l'atmosphère.