Face au Brexit, Jeremy Corbyn joue les équilibristes

Par

Le leader travailliste, qui fait tout pour laisser aux conservateurs la responsabilité d’un Brexit s’annonçant désastreux, est mis sous pression par ses propres partisans, qui soutiennent un second référendum. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Rassembler le “Leave” et le “Remain”. » L’expression, répétée par Jeremy Corbyn lors de sa conférence de presse du jeudi 10 janvier, résume la position d’équilibriste que le dirigeant travailliste entend tenir le plus longtemps possible face à la sortie programmée du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE). Sans écarter la possibilité d’un second référendum, réclamé par sa propre base, il continue de demander avant tout de nouvelles élections.