Syrie: la «trêve» souligne l'avantage pris par Moscou et Damas

Par

Moscou et Washington se sont mis d’accord pour une « trêve » afin d’apporter aux civils assiégés de l’aide humanitaire. Encore faut-il que le régime syrien et l’opposition armée l’acceptent et l'appliquent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le régime de Damas et les groupes armés de l’opposition ont une semaine pour accepter – ou non – la « cessation des hostilités » sur laquelle Washington et Moscou sont tombés d’accord dans la nuit de jeudi à vendredi à Munich. Si cette pause dans les combats, qui n’est pas un véritable « cessez-le-feu », est acceptée et respectée, ce serait un événement inédit depuis le début de la guerre, en 2011. La fourniture d’aide humanitaire aux villes assiégées, notamment Deir-ez-Zor, Madaya, Mouadhimiyeh et Kafr Batna, pourra commencer, sous la forme de parachutages et de convois routiers.