Affaire Pegasus : Israël pris à son propre piège

La police de l’État hébreu aurait eu recours au fameux logiciel espion, en dehors de tout cadre légal, pour surveiller de nombreuses personnalités, dont des proches de l’ancien premier ministre Benjamin Netanyahou.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Tel Aviv (Israël).– C’était une semaine noire pour la police israélienne. Après avoir nié, puis avoué à demi-mot des « anomalies » dans l’utilisation du logiciel Pegasus, la voici accusée d’avoir surveillé des dizaines de citoyens israéliens, la plupart sans le moindre soupçon de crime ou délit, et en dehors de tout cadre légal. Un espionnage à grande échelle, révélé lundi 7 février par le quotidien israélien Calcalist, après plusieurs mois d’enquête. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal