UKIP, la marche triomphale des anti-européens britanniques

Par Sébastien Martin

Comme le FN en France, le parti extrémiste UKIP arrive en tête au Royaume-Uni. La formation de Nigel Farage se construit désormais en un vrai parti politique. Objectif : bousculer les élections législatives de 2015.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Londres, correspondance.   L’ambiance est électrique en cette soirée du mercredi 7 mai au centre de Londres. Placé derrière des barrières, surveillé par la police, un petit groupe d’une cinquantaine de protestataires hurle : « UKIP est un parti raciste ! Honte à vous ! » « Ce sont des gens dangereux, s’énerve Steve, un manifestant. Ils jouent sur la peur, ils accusent les immigrés de tous les problèmes, ils sont homophobes… » Yvonne, fille de réfugiés, confirme : « Ce sont des racistes. Peut-être pas des fascistes, mais ils créent des boucs émissaires en visant l’immigration. Ce sont les banquiers qui ont provoqué la crise, pas les immigrés. »