Notre dossier: guerre et révolution en Ukraine Reportage

Ces Russes en exil face à un pays qui leur échappe

Ils ont quitté la Russie cette dernière année, menacés par le pouvoir, ou s'en sont éloignés il y a plus longtemps, pour diverses raisons. Aujourd'hui, alors que la crise ukrainienne a radicalisé le récit national russe, aucun d'entre eux ne peut imaginer retourner vivre dans son pays natal. Témoignages de Russes en France qui peinent, aujourd'hui, à échanger avec leurs proches abreuvés de propagande.

Amélie Poinssot

12 août 2014 à 19h04

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Anastasia Kirilenko est arrivée à Paris le 28 juillet 2014. Ce n'est pas la première fois que cette journaliste visite la capitale française, où elle avait déjà travaillé en 2006. Mais cette fois-ci, elle est là pour rester. Cela fait longtemps que cette parfaite francophone l'avait envisagé et mettait de l'argent de côté pour pouvoir partir… Et puis, la crise ukrainienne a tout accéléré. Anastasia s'est sentie de plus en plus isolée, ne fréquentant plus qu'un petit cercle d'amis qui partageaient les mêmes points de vue, les discussions avec ses proches devenant… « compliquées ». « Je ne peux m'imaginer fonder une famille dans ce contexte. Je ne veux pas faire un enfant qui baignerait dans cette propagande », lâche cette trentenaire qui s'est sentie attaquée au sein même de sa propre famille. « Tu es l'ennemie de la Russie », lui a lancé son cousin… « Pour lui, je suis la cinquième colonne, alors que je ne cherche même pas à imposer mes vues, à le convaincre de quoi que ce soit. Je lui ai simplement fait part de mon étonnement de ne voir aucun observateur indépendant lors du référendum sur la Crimée, ou encore de ce que j'avais vu de mes propres yeux à Donetsk en février, lorsque j'ai accompagné sur place un journaliste comme traductrice : ce que j'ai vu alors n'avait rien à voir avec la présentation qu'en ont faite les médias russes. Mais mon cousin passe à l'offensive tout de suite, il refuse de discuter. Quant à mon frère, il a applaudi à l’annexion de la Crimée alors qu'il n'y mettra jamais les pieds, il n'en a pas les moyens… »

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

France — Enquête
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
France — teaser.category.dossier
par La rédaction de Mediapart
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Médias
Couvrir l’extrême droite, affronter la violence politique
Travailler et enquêter sur l’extrême droite en France, c’est s’exposer à des menaces, du cyberharcèlement, des insultes et du dénigrement. Et dans un milieu très masculiniste, être une journaliste femme est un facteur aggravant. Dénoncer ce déferlement de haine par la voie de l’interpellation ou le canal judiciaire n’a rien d’évident.
par Mathilde Goanec et David Perrotin
Gauche(s) — Analyse
Programme présidentiel de Mélenchon : ce qui change, ce qui demeure
Réactualisé à l’aune du quinquennat écoulé, « L’Avenir en commun » est débarrassé des points qui avaient le plus fait polémique en 2017, comme l’hypothèse d’une sortie de l’Union européenne. Pour le reste, la continuité domine : VIe République, planification écologique et partage des richesses.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle
Nucléaire — Enquête
Centrale nucléaire de Tricastin : des dissimulations en cascade
Dans l’affaire du lanceur d’alerte de la centrale du Tricastin qui porte plainte contre EDF, de nouveaux éléments consultés par Mediapart révèlent que l’Autorité de sûreté du nucléaire connaissait depuis longtemps le problème. Selon un document interne, EDF a menti et l’autorité de sûreté également dans sa communication publique.
par Jade Lindgaard
Dossier. L’affaire Kohler — Enquête
La note qui relance l’affaire Kohler
La Sfil, une discrète banque publique qui assure les financements des bateaux achetés en France par le groupe MSC, s’est réjouie en 2020 de bénéficier du « soutien » du secrétaire général de l’Élysée. Ce dernier a des liens familiaux avec les Aponte, les principaux actionnaires de MSC.
par Martine Orange

Nos émissions