Comment fonctionnerait une Ecosse indépendante?

Par Sébastien Martin

Le 18 septembre, les Écossais vont répondre à la question : « L’Écosse devrait-elle être un pays indépendant ? » Après une soudaine percée du « oui », les sondages donnent les deux camps au coude à coude. Une sécession serait un acte historique. Explications en huit points.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Glasgow, de notre envoyé spécial.   Panique à Westminster. Après de longs mois où personne ou presque dans la classe politique londonienne ne s’intéressait au référendum en Écosse, quasiment traité comme une question d’affaires étrangères, l’atterrissage a été brutal. Samedi 6 septembre, un premier sondage de YouGov a donné le « oui » à l’indépendance vainqueur, à 51 %, contre 49 % pour le « non ». Depuis, les autres sondages donnent les deux camps dans un mouchoir de poche, dans la marge d’erreur statistique. C’est un renversement de situation impressionnant, alors que le « oui » avait vingt points de retard il y a un an.