Liu Xia: «Je veux me rendre à Oslo»

Par

L'épouse du nouveau Nobel de la paix et dissident, Liu Xiaobo, est consignée à son domicile, à Pékin, par les autorités chinoises depuis dimanche soir. Jordan Pouille a réussi à la joindre par téléphone. Elle raconte sa mise sous surveillance et sa volonté d'assister en Norvège à la remise du prix. Interview.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Liu Xia. © (dr) Liu Xia. © (dr)
L'épouse du nouveau Nobel de la paix, Liu Xiaobo, est consignée à son domicile, à Pékin, par les autorités chinoises depuis dimanche soir. La veille, Liu Xia avait pu rencontrer son époux. Jordan Pouille a réussi à la joindre par téléphone. Liu Xiaobo, initiateur du texte de la Charte 08, ce manifeste pour la démocratie, a été condamné en décembre 2009 à onze ans de prison pour «subversion au pouvoir de l'Etat».

Comment s'est passée votre rencontre avec Liu Xiaobo, après l'annonce de l'attribution du prix Nobel de la paix, vendredi ?

Quand je suis arrivée dimanche 10 octobre à la prison de Jinzhou pour visiter Liu Xiaobo, ses geôliers m'ont dit qu'ils lui avaient déjà annoncé la nouvelle dans la nuit de samedi à dimanche. Puis ils m'ont emmenée dans une salle – pas le parloir habituel — où Liu Xiaobo m'attendait. Nous nous sommes enlacés et Xiaobo m'a calmement confirmé qu'il était au courant de la nouvelle. Il m'a alors dit que ce prix était d'abord pour toutes les âmes disparues du 4 juin 1989. Il m'a également dit qu'il était vraiment désolé que Xu Jue, la vieille militante qu'on appelle la «mère de Tiananmen», n'ait pas remporté le prix. Il m'a dit qu'il portait désormais un lourd fardeau. Puis il s'est mis à pleurer.

En fait, nous n'avons pas parlé beaucoup, une heure tout au plus. Liu Xiaobo m'a confié qu'il ne pensait pas que le comité du prix Nobel donnerait un prix à un homme emprisonné.

A votre retour, vous avez été placée en résidence surveillée? Pourquoi?

Depuis dimanche soir, lorsque je suis rentrée de la prison de Jinzhou, les policiers m'ont ordonné de ne plus sortir, de ne plus recevoir d'amis. Si je souhaite rendre visite à ma famille ou acheter de la nourriture, je ne peux y aller qu'avec leur voiture, sous bonne escorte. Il y a énormément de policiers autour de mon appartement, je n'arrive même pas à les compter. Je ne parle même pas à mes voisins, de peur de leur causer des embêtements.

Quelles explications vous donne-t-on ?

Les policiers ne veulent tout simplement pas aborder le sujet du prix Nobel avec moi. Ils ne m'ont fourni aucune raison pour cette mise en résidence surveillée. Ils ont juste expliqué, à moi ainsi qu'à mon frère, qu'il s'agissait d'un ordre indiscutable «venu d'en haut». Ils ne m'ont pas dit non plus quand cet ordre prendrait fin.

Vous ne pouvez pas rencontrer les journalistes ?

Les journalistes chinois ne peuvent pas parler du prix Nobel et les journalistes étrangers sont maintenus à l'extérieur de ma résidence. Mon dernier téléphone a été coupé depuis le soir des résultats du prix Nobel. J'ai un nouveau téléphone portable que l'on vient de me faire parvenir. Je suis certaine que la police est déjà au courant.

Le prix a-t-il eu des conséquences sur les conditions de vie de Liu Xiaobo en prison ?

Cela va beaucoup mieux pour lui. Ils le traitent mieux, lui donnent une meilleure nourriture. Liu Xiaobo dispose même d'une plaque chauffante dans sa cellule !

Allez-vous assister à la cérémonie de remise du prix Nobel ?

Oui, c'est très important et Liu Xiaobo veut absolument que j'y participe. Moi aussi j'y tiens. Mais c'est compliqué. Je dispose d'un passeport mais je n'ai pas le droit de sortir de chez moi! Et si je parviens à m'envoler pour la Norvège, me laissera-t-on retourner en Chine? Quoi qu'il en soit, pour le moment, les autorités chinoises ne m'ont pas encore adressé d'avertissement au sujet de cette cérémonie.

Recevez-vous des soutiens de la Norvège, de l'Union européenne?

La Norvège ne m'a pas encore contactée, mais mon téléphone était hors service depuis dimanche soir. Je sais que des diplomates de l'Union européenne sont venus jusqu'aux grilles de ma résidence mais la police leur a refusé l'accès. Ils m'ont dit qu'ils veulent me voir dès que je pourrai sortir de chez moi. J'ai appris qu'ils souhaitaient me remettre une lettre de félicitations signée du président de la commission européenne Barroso.

Etes-vous optimiste pour la suite des événements ?

Tout ce que j'espère, c'est que Liu Xiaobo puisse rentrer à la maison le plus tôt possible.

Lire également le blog du spécialiste Jean-Philippe Béja

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale