Au Portugal, la «génération dans la mouise» prend la rue

Par
Mobilisés sur les réseaux sociaux, des dizaines de milliers de jeunes ont manifesté samedi 12 mars dans les rues de Lisbonne, Porto et une dizaine d'autres villes, pour dénoncer un pays sans avenir, une société bloquée et un système politique impotent. Et tout avait commencé par une chanson.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

D'abord, il y a eu «Que parva que eu sou» (Qu'est-ce je suis sotte), cette ballade créée sans crier gare au début de l'année par le groupe des «Deolinda» et dont les paroles ont touché un nerf à vif dans la société portugaise: