D'abord, il y a eu «Que parva que eu sou» (Qu'est-ce je suis sotte), cette ballade créée sans crier gare au début de l'année par le groupe des «Deolinda» et dont les paroles ont touché un nerf à vif dans la société portugaise: