Comment le groupe Bolloré a ruiné deux entrepreneurs camerounais

Par

Depuis 23 ans, deux petits patrons camerounais attendent que le groupe Bolloré respecte un jugement rendu par la justice locale en leur faveur. Ils sont aujourd’hui ruinés. Car le groupe français « fait peur » aux autorités judiciaires et politiques de Yaoundé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le lecteur doit être averti : cet article pourrait amener son auteur et Mediapart devant un tribunal, le groupe Bolloré ayant pris l’habitude de poursuivre les médias qui soulèvent des questions potentiellement gênantes pour lui. Cela ne pourra pas être pire que ce que vivent Célestin Ohandja et Thomas Mabou : depuis 23 ans, ces deux citoyens camerounais et leurs familles attendent que Bolloré respecte une décision de justice, après un préjudice qui les a complètement ruinés.