A Barcelone, une alliance des villes contre les nouveaux monstres politiques

Par

Ils veulent en finir avec la peur qui nourrit, disent-ils, les monstres politiques du moment, de Donald Trump à Marine Le Pen. Réunis à Barcelone, capitale de l’indignation politique depuis l’élection d’Ada Colau en 2015, des représentants de plus de 150 villes, de Vancouver à Naples, de Belo Horizonte à La Corogne, ont tenté de poser les bases d’une alliance inédite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Barcelone (Espagne), envoyé spécial.– Chloe Eudaly est une libraire indépendante de Portland, dans l’Oregon. Elle porte des lunettes à monture épaisse, qui rappellent celles de Daria, l’héroïne du dessin animé éponyme. Son entrée dans la politique institutionnelle remonte à un an et demi. « Je suis une mère célibataire, et je me suis vite rendu compte que j’avais un problème, sur le marché immobilier locatif à Portland, quand j’ai dû chercher un appartement après ma séparation », raconte-t-elle, confrontée à l’explosion des prix du foncier. Elle reproduit un jour sur sa page Facebook une petite annonce, qui proposait un local minuscule loué à un prix exorbitant, qu’elle baptise « The shed » (« la cabane »). Le post devient viral. Sur sa page, les témoignages affluent de voisins indignés par la flambée des inégalités dans la ville.