Theresa May ravive la flamme du «Nasty Party»

Par Hélaine Lefrançois

La première ministre britannique s’apprête à signer un accord avec le DUP, le parti unioniste nord-irlandais ultraconservateur, opposé à l’avortement et au mariage pour tous. Cet arrangement politique, perçu comme un acte désespéré, agace et inquiète au sein de son propre mouvement politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Londres (Royaume-Uni), correspondance.-  « Vous savez comment certains nous appellent ? Le parti des méchants. » En 2002, Theresa May pointait du doigt les dysfonctionnements du parti conservateur et l’appelait à se réformer, dans un discours mémorable qui a popularisé l’expression « Nasty Party » (voir ici la vidéo). Cette image n’a jamais aussi bien illustré ce qu’elle s’apprête à faire de sa formation politique.