Netanyahou revient à la charge pour inscrire «Etat juif» dans la loi

Par

Destiné à inscrire dans la loi fondamentale la reconnaissance d’Israël en tant qu’État juif, ce texte voulu par le Premier ministre et discuté au Parlement est considéré par ses détracteurs comme une atteinte à la démocratie et aux droits des minorités.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jérusalem, de notre correspondante.-  C’est un serpent de mer de la politique israélienne des dix dernières années : faire passer une loi qui définit Israël comme un État juif. Un premier texte avait été élaboré dans ce sens en 2011, avant d’être torpillé par l’ancienne ministre des affaires étrangères, Tzipi Livni. En 2013, une version révisée du projet avait également été abandonnée. Mais en 2014, à la suite de l’échec du dernier round de négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens, Benjamin Netanyahou a décidé de remettre cette loi à l’ordre du jour. Une décision qui aurait, selon certains observateurs, précipité la démission du centriste Yaïr Lapid du précédent gouvernement et ainsi provoqué les élections anticipées de mars 2015.