«Si rien n’est fait, les habitants n’ont que la mort comme perspective»

Environ 100 000 personnes seraient piégées. Jean-François Corty, de Médecins du monde, appelle à organiser une trêve pour faire sortir les civils. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Pour Jean-François Corty, directeur des opérations internationales de Médecins du monde, l'étau s'est refermé sur les habitants d'Alep-Est. La plupart de ses contacts présents sur place considèrent qu'ils n'ont plus que quelques heures à vivre en raison de l'intensification des bombardements des forces de Bachar al-Assad et de Vladimir Poutine. Selon l'ONG, seule une trêve immédiate et pérenne est suscpetible de faire cesser le carnage. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal