Pour le clan Bolsonaro, «le “comuna-virus” est bien plus dangereux que le coronavirus»

Par

Confronté à une crise sanitaire mondiale, Jair Bolsonaro, suspecté un moment d’avoir contracté le Covid-19, a choisi de s’en prendre à la presse. Mais les bravades du président cachent mal le manque de préparation du gouvernement face à un virus qui risque de toucher le Brésil de plein fouet.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), correspondance.– Un bras d’honneur sur Facebook et un message en lettres capitales publié sur Twitter : « Ne croyez pas les médias fake news ! » Avec son élégance habituelle, le président brésilien annonce triomphant en début d’après-midi qu’il n’est pas contaminé par le Covid-19. Son secrétaire à la communication, qui l’accompagnait durant sa visite à Donald Trump le week-end dernier, a été déclaré positif pendant la semaine et, depuis, les rumeurs sur l’état de santé de Jair Bolsonaro ont enflé. Les résultats définitifs étaient attendus ce vendredi 13. Mais avant la confirmation officielle, un journal de Rio de Janeiro et Fox News, la chaîne conservatrice américaine, ont affirmé que le test du président était positif.