La Tunisie scrute avec angoisse la crise en Libye

Par

Le pays, qui avait accueilli plus d’un million de réfugiés libyens après les soulèvements de 2011, regarde avec appréhension l’attaque du maréchal Haftar sur Tripoli. La France, elle, est critiquée pour les ambiguïtés de sa politique en Libye.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tunis (Tunisie), de notre correspondante.-  Les autorités tunisiennes ont été parmi les premières à réagir à la situation en Libye, en état de guerre depuis que le maréchal Haftar a commencé sa marche vers la ville de Tripoli. Dès le 5 avril, l’état d’urgence a été prolongé d’un mois, « essentiellement en raison des développements de la situation en Libye », et le ministère de la défense tunisien a déclaré avoir renforcé les forces militaires le long de la frontière de plus de 400 kilomètres qui sépare les deux pays.