François Hollande redoute la victoire de Syriza en Grèce

Dimanche, l’Élysée aura aussi les yeux rivés sur les élections grecques, cruciales pour la zone euro. Le chef de l’État espère la victoire des partis favorables à l’austérité, tout en préparant une renégociation du mémorandum imposé à Athènes.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Pas de panique mais une attente inquiète. Dimanche, l’Élysée aura les yeux rivés sur deux scrutins : les législatives françaises, dont dépend l’application du programme de François Hollande, et les élections grecques, dont dépend l’avenir de la zone euro. En cas de victoire de Syriza, le parti de gauche radicale hostile aux plans d’austérité, plusieurs pays européens pourraient décider de lâcher la Grèce.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal