La Tunisie à l’aube d’un changement de régime politique ?

Par et

Plus d’un mois après son coup de force du 25 juillet, le président tunisien Kaïs Saïed n’a toujours pas désigné de chef du gouvernement. Le 23 août, il a prolongé ses mesures d’exception sans échéancier. Samedi, il a laissé entendre que la Constitution de 2014 pourrait être amendée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tunis (Tunisie).– Depuis que le président Kaïs Saïed s’est arrogé les pleins pouvoirs fin juillet en limogeant le gouvernement et en suspendant les travaux du Parlement, la Tunisie est plongée dans un épais brouillard institutionnel. Entre les opérations mains propres, les déclarations grandiloquentes de Kaïs Saïed sur la lutte contre la corruption et la promesse de « rendre le pouvoir au peuple », peu de décisions concrètes ont été annoncées.