La Chine reconnaît l’existence de camps de détention pour musulmans

Par

Le Parti communiste chinois tente désormais de justifier l’enfermement d’environ un million de citoyens, majoritairement issus de l’ethnie ouïghoure, en proposant des amendements à la loi « anti-extrémisme ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après avoir longtemps nié l’existence de camps de détention pour musulmans au Xinjiang, malgré l’accumulation de preuves récoltées par des ONG et des médias étrangers, le Parti communiste chinois a brusquement changé de discours cette semaine. Il tente désormais de justifier l’enfermement d’environ un million de citoyens, majoritairement issus de l’ethnie ouïghoure, en proposant des amendements à la loi « anti-extrémisme ».