Téhéran exécute un dissident, réfugié politique en France

Par

Rouhollah Zam, qui dirigeait depuis Paris un canal d’informations hostile au régime sur l’application Telegram, a été pendu le 12 décembre dans la prison d’Evin. Il avait été attiré dans un piège en Irak, puis kidnappé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La veille de son exécution, Rouhollah Zam, un dissident iranien qui avait obtenu l’asile politique en France, s’attendait encore à être échangé contre un Iranien détenu dans ce pays. C’est ce qu’il avait confié à son père qui, exceptionnellement, avait eu le droit de lui rendre visite à la prison d’Evin, près de Téhéran. L’arrêt de la Cour suprême iranienne n’ayant pas été rendu public, sans doute ignorait-il, comme d’ailleurs ses proches, que celle-ci avait décidé d’entériner sa condamnation à mort par un tribunal révolutionnaire.