Fini de rire, un humoriste devient président du Guatemala

Par

L’ancien comédien Jimmy Morales est devenu hier le 50e président du Guatemala. « Ni voleur, ni corrompu », l’humoriste affiche pourtant un classique programme libéral-conservateur. Sans majorité parlementaire et avec des soutiens embarrassants, la tâche s’avère compliquée…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre correspondante au Mexique. - « Un nouveau Guatemala est possible, mais les pouvoirs magiques n’existent pas », a lancé jeudi 14 janvier 2016 l’ancien comédien Jimmy Morales, le 50e président du pays centraméricain lors de sa cérémonie d’investiture. Fini de rire, un vaste travail attend l’humoriste, véritable star du petit écran, élu président de la République le 25 octobre dernier. Désormais à la tête d’un pays en plein malaise social et politique, l’ancien comédien, amateur de blagues potaches, devra en priorité réformer la politique fiscale nationale et renflouer les caisses de l’État, lourdement endetté.