Procès de Laurent Gbagbo: la procureure sous pression

Par

Le procès de l’ancien président ivoirien et de son ex-ministre Charles Blé Goudé devant la Cour pénale internationale entre dans une phase décisive : les juges ont demandé à la procureure, dont tous les témoins ont été entendus, de mettre à jour son mémoire, semblant presque lui suggérer de requalifier les charges, voire de les abandonner. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a quelques jours encore, le flou dominait à La Haye, aux Pays-Bas, où siège la Cour pénale internationale (CPI) : mi-janvier, les trois juges de la Chambre de première instance, chargée de conduire le procès pour « crimes contre l’humanité » de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et de son ex-ministre Charles Blé Goudé, ont suspendu les débats sine die, à l’issue de l’audition du 82e et dernier témoin de la procureure, Fatou Bensouda, qui représente l’accusation.