Aux origines de l’usine à «fake news» du Kremlin

Par Yann Philippin et The Signals Network

Une enquête de Mediapart et du réseau The Signals Network retrace l’histoire d’un logiciel espagnol permettant de mener des opérations d’influence sur les réseaux sociaux. Son créateur affirme que le programme est tombé entre les mains de l’IRA, la « ferme à trolls » du pouvoir russe, accusée d’avoir mené une « guerre de l’information » pour favoriser Trump en 2016.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est l’une des plus grosses affaires de manipulation politique de l’histoire moderne. Le 16 février 2018, le procureur spécial Robert Mueller, en charge de l’enquête sur l’ingérence russe dans la dernière campagne présidentielle américaine, inculpait treize citoyens russes, tous liés à une officine désormais célèbre basée à Saint-Pétersbourg, accusée d’être le principal outil de désinformation du Kremlin sur le web : l’Internet Research Agency (IRA).