Ventes d’armes et conflit au Yémen: l’enquête bloquée

Par

Une soixantaine de députés soutiennent une proposition de résolution pour la création d’une commission d’enquête sur les ventes d’armes françaises à la coalition internationale engagée dans le conflit au Yémen. L’initiative est bloquée par Marielle de Sarnez, la présidente de la commission des affaires étrangères, résume Amnesty international.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le député LREM Sébastien Nadot a déposé cette proposition de résolution le 6 avril 2018. Le 20 mars, le cabinet d’avocats Ancile – mandaté par Amnesty – avait publié une étude juridique sur la légalité des ventes d’armes de la France à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis dans le cadre du conflit au Yémen. Il avait été suivi par l’Observatoire des armements, en partenariat avec la Fédération internationale de droits de l’homme (FIDH).