Pesticides: le Brésil sur le point d’adopter la «loi du venin» sous la pression des lobbys

Par

Le vote d’un projet de loi très controversé sur l’usage des pesticides dans l’agriculture doit avoir lieu à l’automne à Brasilia. En coulisses, un groupe de parlementaires liés au lobby agroalimentaire s’active. Pas moins de 42 députés brésiliens vivent directement de l’agrobusiness. La contestation des ONG s’organise, sur fond de campagne électorale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), de notre correspondant.- Dans la petite pièce, fermée au public pour l’occasion, un député d’opposition s’insurge en désignant un homme qu’il ne reconnaît pas comme l’un de ses collègues : « Qui est cette personne ? » « On est tous des députés ici », lui répond un défenseur du projet de loi 6.299/2002, connu par ses détracteurs comme le projet de « loi du venin » (« PL do veneno »), que cette commission spéciale examine à Brasilia.